Mangerivola

From MadaCamp

Jump to: navigation, search
Site : Réserve Spéciale Mangerivola


  1. Connaître le site
    1. Données sur le site


Localisation La Réserve Spéciale de Mangerivola est située dans la partie Est de Madagascar, dans la Région de l’Atsinanana.

Elle est à cheval entre les districts de Brickaville et de Toamasina



Comment y accéder Par Route :


- A partir de Toamasina, on prend la Route Nationale 2 (vers Antananarivo)

après 48 km on arrive à Ampasimadinika, un village chef lieu de la Commune rurale d’Ampasimadinika où se trouve le bureau de la Chefferie de la Réserve Spéciale Mangerivola.


- De là, on quitte la RN2 pour les Communes rurales d’Andranobolaha (à 38 km d’Ampasimadinika) et Anjahamana (à 50km d’Ampasimadinika).


- Puis d’Anjahamana, on parcourt 30 km environ à pied pendant deux (2) jours. pour atteindre la Réserve,


 Etat de la route : secondaire et en mauvais état

 Praticabilité dans l’année : septembre à décembre

 Distance de Toamasina : 128 km.

 Durée approximative à partir d’Antananarivo : 3,5jours

 Distance d’Antananarivo : 380km


Par Taxi- brousse :


Antananarivo - Ampasimadinika

- Stationnement à Antananarivo : Ambodivona,

- Fréquence : tous les jours


Ampasimadinika pour Anjahamana.

Changement de taxi brousse


Toamasina pour Anjahamana


Par Avion

Vol régulier de la compagnie aérienne Air Madagascar

- Atterrissage à Toamasina

- Puis transfert par route jusqu’à Anjahamana (location de véhicule ou par taxi brousse) et rejoindre la réserve en parcourant 30 km à pied pendant 2 jours.



Superficie 13 005 Ha
Altitude La Réserve a une altitude moyenne de 940 mètres
Climat La région est soumise à un climat tropical de type perhumide chaud caractérisé par une courte saison sèche.

La précipitation moyenne est de l’ordre de 2 000mm répartie sur plus de 180 jours. Le mois le moins pluvieux est celui d’octobre avec des précipitations tournant autour de 100 mm.

La Température annuelle varie entre 21° et 24°C. La période la plus froide est le mois de juillet et/ou août avec des températures situées entre 12° et 14° et celle la plus chaude va du mois de décembre à février avec des températures moyennes de l’ordre de 28°C.


Il faut souligner le passage fréquent de cyclones tropicaux dans la région qui peuvent avoir des conséquences graves dans la zone.



Relief Le relief est jeune et accidenté. Il est caractérisé par endroits par des falaises abruptes ou par un relief vallonné couvert de végétation dense.


La Réserve Spéciale de Mangerivola repose sur du granite migmatique dans sa partie orientale (90% de sa surface) et sur de la migmatite schisteuse dans sa partie occidentale (10% de la surface restante) formant une ride anticlinale orientée Sud Sud Est- Nord Nord Ouest.



Hydrologie Le réseau hydrographique est important et comprend plusieurs fleuves et rivières comme Morongolo et Ambotohaka ou l’Ivondro qui jouent un rôle économique important pour la région.
Autres AP aux alentours La Réserve est incluse dans le corridor entre les Parcs Nationaux Mantadia et Zahamena. (Dans le corridor Ankeniheny-Zahamena).
Population Ethnie dominante : Betsimisaraka
    1. Financement

La Réserve Spéciale de Mangerivola est financée par le Global Environment Facility GEF ou Fond pour l’Environnement Mondial, programme de la Banque Mondiale.


    1. Objectifs et rôles du site

La Réserve Spéciale de Mangerivola a été créée par le décret N° 58-10 du 28 Octobre 1958. Mais la gestion directe par l’ANGAP a été effective en 2001.


Se trouvant dans l’Ecorégion de l’Est, elle fait partie des aires protégées incluses dans le corridor forestier entre Mananara et Farafangana, parmi les zones les plus riches en espèces du pays.


Les rôles stratégiques importants de la Réserve Spéciale de Mangerivola peuvent être résumés comme suit :


a) Sur le domaine écologique :


- En terme de biodiversité, elle constitue

    • un refuge des espèces rares et menacées de Madagascar
    • un réservoir génétique
    • une forêt riche en biodiversité
    • une zone de recherches scientifiques

- En terme de représentation : sa Forêt Dense Humide Sempervirente de 300 à 1 400 m forme la connexion du bloc forestier à l’Ouest au corridor Mantadia – Zahamena.


b) Sur le domaine économique


Sa richesse hydrique :

    • permet l’alimentation en eau du barrage hydroélectrique de VOLOBE
    • est source en eau potable pour la zone périphérique
    • draine les rizières
    • est une voie de transport des marchandises

Les cibles de conservation


Des espèces prioritaires doivent faire l’objet de conservation spécifique. La sélection est basée sur l’endémicité, les menaces qui pèsent sur ces espèces. Pour la Réserve Spéciale de Mangerivola, la cible de conservation est  la Forêt dense humide de basse altitude (300 – 800 m).


NB : Les espèces animales dont la viabilité dépend de la qualité de l’habitat ne seront pas ciblées individuellement. Elles sont considérées en même temps que la cible habitat. Il en est de même pour les espèces floristiques et les fonctions écologiques.


    1. Le site et la population locale

Les pressions constituent les menaces qui pèsent sur l’Aire Protégée. Principalement celles d’origine humaine sont les plus néfastes. La Forêt dense humide de basse altitude est la plus proche de la lisière et donc la plus facilement accessible, c’est à ce niveau que se limitent principalement les pressions anthropiques.


Les pressions que subit la réserve sont :

  • Le défrichement
  • La coupe illicite, pour la fabrication des cases traditionnelles
  • Les feux incontrôlés
  • L’occupation humaine
  • La divagation du bétail
  • La chasse
  • Les collectes des produits forestières secondaires, comme le miel

Les actions de conservation ne se limitent pas à la seule protection des ressources naturelles, mais elles sont inséparables à des actions de développement économique et social.

Ainsi, des micro projets d’une valeur de plus de treize (13) millions d’Ariary ont été réalisés pour les populations locales.


A titre d’exemple, en 2005 Conservation International a financé près de six (6) projets pour la commune d’Anjahamana. Trois cent (300) personnes ont bénéficié de la construction d’écoles, de cultures maraîchères, cultures de gingembre et de pépinières.


En annexe, un récapitulatif des réalisations.


    1. Contacts :

Direction Inter-Régionale l’ANGAP de Toamasina

BP 548 - Salazamay

501 Toamasina

Madagascar


Tél : + (261 20) 53 327 07

Fax : + (261 20) 53 318 39

GSM : +(261 32) 04 222 66

Email : angaptmv@yahoo.fr


Réserve Spéciale de Mangerivola

ANGAP

Ampasimadinika

Brickaville


  1. Découvrir les richesses

2.1 Habitats


Les différents habitats de la Réserve peuvent être regroupés en :


  • Forêts Denses Humides de 400 à 800 m d’altitude
  • Forêts Denses Humides de 800 à 1200 m d’altitude,
  • Les formations d’altitude de 1200 à 1600 m .

2.2 Faune


Les espèces phares faunistiques les plus visibles par les touristes :


Famille
Nom Scientifique (genre - espèce)
Nom vernaculaire (français - anglais - malgache)
Observations
  Indri indri Babakoto Le plus gros lémurien de la réserve.La couleur de ses poils est noire et blanche; il émet des cris différents.
  Propithecus diadema Simpona De taille moins grosse que l’indri
  Varecia variegata variegata Varikandana Couleur tachetée de noire et blanche, queue noire
  Eulemur fulvus Varika Couleur grise
  Eulemur rubriventer Varika Couleur grise plus ou moins brique
  Hapalemur griseus Varika Couleur grise, se nourrit de bambou

La Réserve Spéciale de Mangerivola possède une diversité faunistique élevée,


L’AVIFAUNE


Selon les résultats des recherches effectuées, cent (100) espèces d’oiseaux ont été répertoriées dans la Réserve Spéciale de Mangerivola .Il faut signaler la présence :

  • d’une des plus rares espèces de rapaces du Monde, Eutriorchis astur ou l’Aigle serpentaire malagasy
  • De même, Tyto soumagnei (Hibou rouge) considérée comme l’une des plus rares espèces endémiques de Madagascar et le plus en danger des hiboux dans le monde.
  • sans oublier les espèces comme Oriolia bernieri, Euryceros prevostii, Lophotibis cristata, Accipiter madagascariensis, Mesitornis unicolor, Atelornis crossleyi, Brachypteracias leptosomus, Hipositta corallirostris, Oriolia bernieri, Pseudocosyphus sharpei, Hartertula flavoviridis qui sont considérées comme des espèces indicatrices des forêts moins dégradées et non perturbées.

Sur les espèces qui y sont recensées,

  • soixante trois (63) sont endémiques de Madagascar,
  • vingt trois (23) de la région,
  • et trente trois (33) parmi les soixante dix neuf (79) typiques du domaine de l’Est.

La majorité de ces espèces d’oiseaux est localisée dans les forêts denses humides de basse et de moyenne altitude.


Un aperçu de ces espèces :


Famille
Nom Scientifique (genre - espèce)
Nom vernaculaire (français - anglais - malgache)
Observations
endémicité
description
Biologie, comportement
  Coua cristata Tivoka Endémique   Deux (2) œufs, période de ponte : novembre-décembre
  Caprimulgus madagascariensis Matoriandro, tataro Endémique Couleur noire, non actif durant le jour Nombre de ponte : deux (2) œufs, période de ponte octobre-novembre
  Agapornis cana Karaoka Endémique Tête grise et corps un peu vert clair Ponte : novembre-décembre avec trois (3) oeufs
  Mesitornis unicolor Roatelo      
  Cuculus rochii Kakafotra     Oiseau solitaire, ponte septembre-avril. Oiseau migrateur il quitte Madagascar durant l’hivers pour aller en Afrique du mois de mai au mois d’août
  Centropus toulou Toloho      
  Corythornis vintsioides Vintsy     Ponte Septembre – mars avec 5-6 oeufs
  Neodrepanis coruscans Soinala     Bec courbé, ponte septembre-janvier
  Accipiter francesii Firasa      
  Accipiter henstii Firasabe      
  Accipiter madagascariensis Firasa      
  Acridotheres tristis Marotaina      
  Alectroenas madagascariensis Finengo     Ponte octobre –décembre avec un (1) œuf
  Apus barbatus Tsidisidina      
  Asio madagascariensis Hakagna      
  Atelornis pittoides Vorontotra     Ponte en décembre avec deux (2) oeufs
  Brachypteracias leptosomus Famakiakora     Ponte en décembre, nid de 1m de diamètre
  Brachypteracias squamigera Fangadiovy      
  Buteo brachypterus Beririna      
  Calicalicus madagascariensis Totokarasoka      
  Canirallus kiloides Tsikozaala      
  Caprimulgus madagascariensis Matoriandro     Ponte octobre – novembre avec 2 oeufs
  Ceyx madagascariensis        
  Cisticola cherina Tintina      
  Copsychus albospecularis Atodiana      
  Coracina cineria kikiomavo     Vit engroupe de trois à huit (3-8), ponte novembre –mars avec un (1) oeuf
  Coracopsis nigra Boezahely      
  Coracopsis vasa Boezabe     Ponte octobre – janvier avec deux à trois ( 2-3) oeufs
  Corvus albus Goaka      
  Coua caerulea Koa     Couleur bleu, ponte de juillet à Novembre avec un (1) oeuif
  Coua reynaudii Koa      
  Coua serriana Koa      
  Cyanolanius madagascarinus Pasasatra     Ponte : octobre-janvier
  Dicrurus forficatus Ledronga     Ponte : septembre-décembre avec trois (3) oeufs
  Dryolimnas cuvieri Angoly      
  Eurystomus glaucurus Voronkahaka      
  Falco newtoni Hitsikitsika      
  Falco zoniventris Hitsikitsika      
  Foudia madagascariensis Fody Endémique
 
 
  Foudia omissa Fodiala
 
 
 
  Hartlaubius auratus Vorontainaomby
 
 
 
  Hypsipetes madagascariensis Tsikoreva
 
 
 
  Ispidina madagascariensis Vintsiala
 
 
Solitaire, ponte octobre –janvier avec quatre (4) oeufs
  Leptosomus discolor Vorondreo Endémique  
Vit en groupe de trois à huit (3-8), ponte novembre –décembre avec quatre à cinq (4-5) oeufs
  Lonchura nana Tsingirity
 
 
 
  Lophotibis cristata Lampirana
 
 
 
  Margaroperdix madagascariensis Traotrao
 
 
 
  Mesitornis unicolor Roatelo
 
 
 
  Motacilla flaviventris Trioitrio
 
 
 
  Nectarina notata Soy
 
 
Ponte : aout, novembre avec 2 oeufs
  Nectarina souimanga Soy
 
 
 
  Neomixis striagula Jijy
 
 
 
  Neomixis viridis Jijy
 
 
Ponte : septembre-avril avec quatre (4) oeufs
  Nesillas typica Poretaka
 
 
 
  Newtonia amphicora Tretreka
 
 
 
  Newtonia brunneicauda Tretreka
 
 
Vit en groupe de trois à cinq (3-5), ponte juillet, mars
  Oriolia bernieri Taporo
 
 
 
  Otus rutilus Torotoroka
 
 
Nid dans tronc d’arbre, ponte novembre –décembre avec 4-5 oeufs
  Oxylabes madagascariensis Farifiramena
 
 
 
  Philepitta castanae Asity
 
 
Ponte septembre-janvier avec trois (3) oeufs
  Phyllastrephus madagascariensis Draodraoka
 
 
Vit en groupe de trois à dix (3-10), ponte septembe-fevrier
  Phyllastrephus tenebrosus Draodraoka      
  Phyllastrephus zosterops Draodraoka      
  Ploceus nelicourvi Fodisaina      
  Polyboroides radiatus Fihiaka      
  Pseudobias wardi Vorombarika      
  Pseudocossyphus sharpei Androbaka      
  Riparia paludicola Tsidisidina      

Contents

LES MAMMIFERES

La Réserve renferme :

  • les espèces de Lémuriens caractéristiques du Centre Est du Corridor Mantadia – Zahamena.
  • Trois (3) espèces de carnivores
  • Potamochoerus larvatus.

Les Megachiroptères et les Microchiroptères y existent mais aucun inventaire n’y était encore mené.

Les Micromammifères

La faune micromammalienne est assez riche avec treize (13) espèces dont

  • quatre (4) espèces de Rongeurs dont : Eliurus petteri, E. tanala, Nesomys rufus, Rattus rattus,
  • Neuf (9) espèces d’insectivores endémiques Microgale longicaudata, Microgale thomasi, M. principula, M. talazaci,, M. drouhardi, M. parvula, Oryzorictines hova, Tenrec ecaudatus, Setifer setosus.

Un aperçu de ces mammifères :


Les lémuriens


Famille
Nom Scientifique (genre - espèce)
Nom vernaculaire (français - anglais - malgache)
Observations
endémicité
description
Biologie, comportement
  Indri indri Babakoto Endémique Noir et blanc, taille plus grande, Vit en groupe
  Propithecus diadema Simpona Endémique Taille plus petite que celle de l’indri Vit en groupe
  Varecia variegata variegata Varikandana Endémique Taille plus petite avec de couleur noire et blanche. Vit en groupe
  Eulemur fulvus Varika Endémique De petite taille et de couleur grise foncée Vit en groupe
  Eulemur rubriventer Varika Endémique De petite taille et de couleur grise claire plus ou moins brique Vit en groupe
  Hapaleur griseus Varika Endémique De petite taille et de couleur grise Vit en groupe
  Daubentonia madagascariensis Aye aye Endémique De petite taille et de couleur grise foncée Nocturne avec de longues griffes et se nourrit de larves et de noix de coco

Autres Mammifères


Famille
Nom Scientifique (genre - espèce)
Nom vernaculaire (français - anglais - malgache)
Observations
  Microcebus rufus Tsidy Endémique
  Cheirogaleus major Tsitsihy Endémique
  Phaner furcifer Tantana Endémique
  Lepilemur mustelinus Trangalavaka Endémique
  Tenrec ecaudatus Trandraka  
  Setifer setosus Sokina  
  Nesomys rufus Voalavoala  
  Suncus murinus Voalavofotsy  
  Rattus rattus Voalavo  
  Nesomys sp    
  Fossa fossana Jabady  
  Eupleres goudotii Fanaloka  
  Cryptoprocta ferox Fosa  
  Galidia elegans Vontsiramena  
  Galidictis fasciata Vontsirafotsy  
  Salanoia concolor Vontsiraboko  
  Potamochoerus larvatus Lamboala  

LES REPTILES

La Réserve Spéciale de Mangerivola a recensé :

Dix neuf (19) espèces de Reptiles. La partie Ouest de la Réserve, moins perturbée par les activités humaines, est plus riche que la partie Est.


Les espèces qui peuvent exister en milieu dégradé sont Leioheterodon madagascariensis (Serpent), Phelsuma lineata (Gecko arboricole), Mabuya gravenhorstii, Zonosaurus aenus (Lézard) .


Les 50 % des caméléons trouvés sont rares à l’échelle de l’île. Il s’agit de

  • Calumma gallus et Calumma furcifer. Ils sont cependant abondants dans les formations primaires.
  • Boa manditra est déclaré menacé par l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN) avec un statut de conservation VU (vulnérable). Cette espèce est tuée par les riverains par simple peur.

Endémisme Famille des Chamaeleontidae : Brookesia superciliaris, Calumma furcifer, Calumma gallus

Famille des Colubridae : Geodipsias laphistia


LES AMPHIBIENS

La Réserve renferme quarante cinq (45) espèces d’Amphibiens selon les recherches effectuées. Vingt cinq (25) appartiennent au genre Mantidactylus et douze (12) au genre Boophis et le reste aux familles des MICROHYLIDAE et RANIDAE.


EndémismeFamille Mantellidae : Mantella madagascariensis, Mantidactylus blommersae, M. cornutus, M. flavobrunneus, M. malagasius, M. perracae, M. phantasticus, M. redimitus, M. rivicola.

Famille des Rhacophoridae : Boophis boehmei, B. marojezensis, B. reticulatus, B. rufioculis, Platypelis pollicaris, Cophyla sp.


Remarque sur les reptiles et amphibiens:


  • Endémisme local : Trois (3) espèces sont caractéristiques de Mangerivola à savoir Mantidactylus sp., Boophis sp., Liophidium sp.
  • Endémisme régional : Sur les vingt neuf (29) espèces de l’Est, vingt un (21) biotes sont typiques de la partie Nord Est.
  • Endémisme national : le reste est commun avec les autres régions endémiques de Madagascar.

Un aperçu des espèces :


Famille
Nom Scientifique (genre - espèce)
Nom vernaculaire (français - anglais - malgache)
Observations
Statut description
  Brookesia sp     Petit caméléon
  Uroplatus fimbriatus Antefisaka Vulnérable Port comme un lézard avec queue aplatie
  Calumma sp      
  Zonosaurus madagascariensis   Endémique  
  Sanzinia madagascariensis Mandotra Endémique  
  Phelsuma madagascariensis      
  Phelsuma quadrillocellata      
  Zonosaurus brygooi      
  Amphiglossus sp      
  Leioheterodon madagascariensis Menarana    
  Madagascarophis sp      
  Liophidium sp      
  Liopholidophis sp      

LES POISSONS


L’étude sur les poissons n’est pas encore assez poussée dans la Réserve Spéciale Mangerivola. Cependant on peut noter la présence des Familles suivantes :


  • Deux (2) Familles de crustacées :
    • ATYIDAE avec Atya sp. et Cardina sp.
    • POTAMINIDAE avec Reptentia brachyura
  • Deux (2) Familles de poissons telles que
    • ANGUILLIDAE avec Anguilla mossambica
    • ANTHERINIDAE avec Rheocles pellegrini.

Un aperçu


Famille
Nom Scientifique (genre - espèce)
Nom vernaculaire (français - anglais - malgache)
Observations
  Awaous Sp Toho Poisson qui peut grimper les chutes d’eau
  Arius madagascariensis Vahona  
  Anguilla mormirata Amalonbandana  
  Cyprinus carpio    

2.3 Flore


Les espèces floristiques phares  visibles par les touristes 


Famille
Nom Scientifique (genre - espèce)
Nom vernaculaire (français - anglais - malgache)
Observations
  Ocotea Cymosa Varongy  
  Dalbergia madagascarinsis Voamboana  
  Symphonia Kijy  
  Eugenia sp Rotra  
  Pandanus bipyramidatus Vakoana Espèce utilisée pour la vannerie
  Canarium madagascariensis Ramy Grand arbre, fruit entre dans l’alimentation des lémuriens.
  Cyathea Fanjana Ptéridophyte de grande taille

LES PLANTES LIGNEUSES

Dans le cas des forêts denses humides de Basse Altitude, la strate supérieure est représentée principalement par de grands arbres de 17 à 23 m de hauteur appartenant à la série à MYRISTICACEA et à Anthostema de la forêt ombrophile orientale, ou à la série à SARCOLEANACEAE – MYRISTICACEAE et Anthostema.

Les principaux genres représentés sont : Schizolaena, Ocotea, Symphonia , Trilepisium, Uapacca, Canarium, Brochoneura, Lautembergia.


Dans le cas des forêts denses humides de moyenne altitude, la strate supérieure est composée essentiellement par de grands arbres de 10 à 15 m de hauteur, appartenant à la série à Tambourissa et Weinmannia.

Les principaux genres qu’on y rencontre sont : Ravensara, Syzygium, Ocotea, Rothmannia, Cyathea.


La strate arbustive est composée d’arbres et arbustes de 2 à 10 m. Les espèces de palmiers sont particulièrement bien représentées.


LES PLANTES HERBACEES

Les forêts présentent des formations non négligeables de lianes et d’épiphytes, mais du fait de l’inexistence d’étude et d’inventaire en la matière, nous n’osons affirmer la richesse de ce groupe.


LES ESPECES INTRODUITES ET COLONISATRICES

Les plantes introduites s’adaptent très bien dans les conditions du milieu de la Réserve. Elles deviennent envahissantes quelquefois au niveau des forêts dégradées. Nous pourrions citer le cas de : Lantana camara, Rubus mauricana, Aframomum anguistifolium, Psiadia altissima


LA DIVERSITE FLORISTIQUE


Selon le recensement effectué en 1999, on a pu recenser soixante six (66) familles avec cent soixante neuf (169) genres répartis en trois cent vingt cinq (325) espèces.

Les familles recensées jusqu’à ce jour représentent 31,4% des deux cent dix (210) familles connues dans la flore malgache.


Les espèces les plus représentées avec leurs familles respectives sont :


  • RUBIACEAE : trente (30) espèces Canthium bosserii ; Mapouria ; Gaerinera obovata ; G. phanerophlebia ; Pauridiantha lyalii
  • EUPHORBIACEAE : vingt neuf (29) espèces Lautembergia coriacea ; Anthostema madagascariensis ;Uapacca densifolia ;Omphalea biglandulosa ; Deutermallotus ;micranthus
  • CLUSIACEAE : quinze (15) espèces,Symphonia fasciculata ; Garcinia longipedicellata ; Mammea bongo ; Symphonia pauciflora
  • LAURACEAE : vingt (20) espèces Ocotea cymosa ; Ravensara acuminata ; Ocotea laevis ; Potameia thouarsii
  • MELASTOMACEAE: treize (13) espèces Dichaethanthera crassinodis ; Domohinea perrieri ; Memecylon thouarsianum
  • FABACEAE : neuf (9) espèces Albizia gummifera ; Albizia sp. ; Cynometra madagascariensis ; Dialium unifoliatum
  • MYRTACEAE : neuf (9) espèces Eugenia pluricymosa ; E. gavoala
  • ARECACEAE : dix (10) espèces Dypsis hidelbrandtii ; Dypsis sp.
  • SAPOTACEAE : huit (8) espèces Chrysophyllum boivinianum ; Faucherea laciniata
  • SAPINDACEAE : douze (12) espèces Allophyllus « cobbe » arboreus ;

ENDEMICITE

  • Parmi les trois cent vingt cinq (325) espèces recensées, cent soixante dix (170) sont endémiques soit 52%.
  • Sur les soixante six (66) familles rencontrées, quatre (4) sont endémiques dont :
    • SPHAEROSEPALACEAE représentée par trois (3) espèces avec Rhopalocarpus louvelii, Rhopalocarpus coriaceus, Rhopalocarpus lucidus
    • SARCOLAENACEAE représentée par l’espèce Schizolaena rosea
    • ASTEROPEIACEAE représentée par l’unique espèce Asteropeia micraster
    • PHYSENACEAE , avec l’espèce Physena madagascariensis
  • Quant aux genres, sur les cent soixante neuf (169) répertoriés, quarante deux (42) sont endémiques (24,8 %)

3 Activités proposées


Le bureau de la Réserve Spéciale de Mangerivola se trouve à Ampasimadinika. Elle ne dispose pas encore d’infrastructures pour accueillir les touristes.



ANNEXE : MICRO PROJETS FINANCES EN 2005
Réserve Spéciale Mangerivola – Ampasimadinika


TYPE
NOMBRE
BENEFICIARE (Commune)


NOMBRE DE POPULATION BENEFICIAIRE
VALEUR FINANCIERE (en Ariary)
BAILLEUR
Ecoles primaires (murs en matériaux locaux, 15mX7m, toiture en tôle et plancher en dallage)


02
Commune Anjahamana
250 personnes
10 000 000 Conservation International
Cultures maraîchères


01
Commune Anjahamana
20 personnes
1 137 000 Conservation International
Cultures de gingembre


01
Commune Anjahamana
15 personnes
1 501 000 Conservation International
Pépinières pour reboisement


01
Commune Anjahamana
25 personnes
484 500
Personal tools
visit
share